Introduction alimentaire : classique sous forme de purée ou morceaux directement ?

"Les bébés sont de vrais modèle et des exemples à suivre : Ecoutant leur corps, mangeant quand ils ont faim et s'arrêtant quand ils sont plein" Jan HEMPSTEAD.

Proposer des morceaux de nourriture plutôt que de la purée aux bébés lors de l'introduction alimentaire. Quel est votre choix ?

Aujourd'hui, cette pratique #DME fait débat.

Elle n'a pas été approuvée dans la structure par la PMI (Protection Maternelle Infantile) et par la nutritionniste d'API (Société fournisseur de nos repas).


Nous vous rappelons les étapes préconisées selon la mode classique.

Des sa naissance, l'enfant est nourrit avec du lait maternelle ou au biberon.

Avec les mois passants, il est proposé à l'enfant vers 6 mois et avec l'accord des parents, une première introduction alimentaire sous forme de purée de légume.

Cette introduction est souvent commencée à la maison avant d'être initiée en structure. La première fois, c'est l'équivalent d'une cuillère à café qui est donnée car l'enfant ne sait pas mâcher : il tente plutôt de téter la cuillère qui lui est proposée.

Il doit donc apprendre à mastiquer, faire l'apprentissage d'une autre texture que le lait et d'un autre goût.

Il est d'ailleurs recommandé de ne proposer qu'une purée faite avec 1 seul légume sans ajout de pomme de terre pour que le goût soit pleinement entier et non dilué.

Les premiers légumes les plus doux en goûts sont choisis : carotte, courgette, butternut, citrouille, et au fur et à mesure des semaines , le choix des légumes va s'étoffer.

Après2 semaines de purée de légume ou plus, il est proposé de tester au goûter une compote de fruit pour le préparer encore une fois à d'autres textures, et goûts plus sucrés.

Finalement, c'est toute l'éducation sensorielle du goût et du toucher avec la langue (texture) qui est privilégiée et qui va marquer l'enfant progressivement.

Avec les semaines qui augmentent, l'enfant va tout seul prendre l'initiative de refuser une partie de son biberon de l'après-midi et/ou du midi ou la totalité de celui-ci alors son repas sera sera proposé dans sa version entière : 90 g de légume/90g de purée de pomme de terre/10 g de mixé de viande ou de poisson.

Son repas est donné à la cuillère et dés que l'enfant se tient assis tout seul et sait resté attablé, il commence à manger seul sa purée et compote et l'adulte est là pour l'aider. Dans tous les cas, que ce soit avec aide ou sans aide de l'adulte, l'enfant est toujours entendu surtout quand il nous signifie qu'il ne veut pas ou plus manger.

En grandissant, les textures vont changer : repas mixé/broyé recommandé à partir de 12 mois toujours pris à la cuillère et le repas des grands est proposé à partir de 15 ou 18 mois avec tous les ustensiles de la table, sous l'oeil avisé des accompagnantes.



Même si la #DPE est choisie par les parents, elle peut difficilement être mise en place en structure car :

- Il s'agit d'éviter des risques d'étouffement

- Le poids des aliments est normé et pesé avant le service et ainsi on sait la quantité qu'aura mangé l'enfant lors de ses repas pourra être renseignée et communiqué aux parents. De plus ses besoins nutritionnels (tant de gr de viande et de laitage, etc...) auront été respectés.


L'argument de la #DME qui suppose qu'elle développe chez l'enfant le développement du goût est aussi plébiscité par API qui a choisi de proposer au fil des saisons des fruits et des légumes du territoire pour éduquer les enfants en fonction de la saisonnalité des aliments.

L'argument complémentaire de la #DME (diversification alimentaire menée par l’enfant) indiquant qu'elle développe chez l'enfant sa capacité à manger seul. C'est ce que nous mettons en place en structure dans notre Education MONTESSORI. En effet, nous invitons l'enfant a faire l'expérience de tout tant que sa santé et sa sécurité n'est pas menacée. De ce fait l'enfant peut faire le choix de manger avec ses mains ou sa cuillère et ainsi faire l'expérience des textures avec le toucher des mains et la mise en bouche. Au fil des jours et avec la variété des légumes et fruits proposés, l'enfant fait l'expérience de nouveaux goûts.


Quel que soit le choix du parent, que nous respectons, il est à rappeler que l'essentiel est de présenter le plus rapidement une pluralité de saveurs et de textures car au fil du temps, l'enfant va devenir de plus en plus sélectif et moins ouvert à la nouveauté. Ce constat marche dans les 2 sens, même si le parent veut avoir l'impression de garder en mode bébé son enfant en lui donnant des purées sur le long terme alors que ses dents sont déjà l, il aura plus de mal à inviter son enfant à manger des texture qui l'inciteront à mastiquer.



Gardons juste en mémoire qu'il n'y a pas de méthode toute faite à être parent. Marion MONTESSORI nous rappelle juste qu'il nous faut prendre le temps d'observer notre enfant sans s'imposer à lui : A lui seul, il devient notre maître pour le guider dans son développement, et être à sa disposition.


Sophie COLAS








14 vues0 commentaire