L'environnement créateur du langage

"Il est vraiment trop tôt pour lui de parler mais je vois dans ses yeux quelque chose, je vois dans ses yeux une voix, je vois dans ses yeux un si grand ensemble de mots" Sherman Alexie

Avec cette intention gouvernementale d'augmenter le niveau culturel de nos enfants en leur permettant de rentrer à l'école à 3 ans, nous pourrions nous poser des questions en ce qui concerne leur acquisition du langage.

Mais rassurez-vous, il n'y a pas d'âge défini.

Son envie de parler se fait d'un seul coup mais suppose en amont un processus qui fonctionne en sous-marin.

Car l'enfant intègre une langue environnante, des sons, des expressions.

Il a en lui les outils fondamentaux pour entendre des sons dés son plus jeune âge et même dans le ventre de sa maman :

Les aires cérébrales commencent à se développer déjà pendant la grossesse. Le bébé commence à apprendre dans le ventre les mélodies de la voix de sa maman.


L'enfant absorbe et intègre donc ce qu'il perçoit dans son environnement. Ces sons récurrents qu'il entend au fil du temps vont constituer des mots qu'il va découper et contextualiser.

Car l'enfant est capable de découvrir le langage dans lequel il évolue. Il n'apprend pas le langage mais l'absorbe comme une éponge dans son ensemble. De ce fait, il intègre à la fois, les mots, les sons, la grammaire, la syntaxe.

Quand il vient à la communication, il montre d'abord avec le corps à l'autre ce dont il a besoin ou envie puis se sert du langage car il sait que l'adulte a les mots en lien aux objets et actions.

Pour que l'enfant puisse rentrer dans le langage, il doit être en contact avec des hommes parleurs qui auront la capacité d'employer une multitude de mots sur différents sujet ou thématiques.





Quand les bébés commencent à faire des sons et à communiquer. Ils auront fait au préalable un travail intérieur et non conscient d'intégration des sons bien avant cette explosion de communication.

Car en effet, c'est l'envie de rentrer en relation avec l'autre qui précède de très loin la capacité de l'enfant de produire des sons puis des mots.

Ce processus est nommé par Maria MONTESSORI Intelligence silencieuse.

L'environnement dans lequel l'enfant grandit est donc très très important pour construire cette intelligence.

L'enfant ne se contente pas d'imiter les sons mais instinctivement retouche ces ensembles de sons qu'il perçoit pour en distinguer les mots les uns des autres. A l'écoute des mots émis, il en distingue les composantes phoniques et procède à des essais dans leur articulation par le biais de gazouillis, de balbutiements.



Contrairement à ce que nous pensons, l'enfant intègre à la fois du lexique et une grammaire. Il absorbe un ensemble. Il est donc de notre devoir en tant qu'adulte de nommer les choses et d'employer la bonne grammaire, le vocabulaire juste et précis et de reprendre l'enfant quand plus grand il ne prononcera pas comme il le faut.

Il s'agit pour nous en tant qu'adulte de parler avec les enfants, de parler de milles choses et de milles façons, de raconter des histoires et de lire.

Car l'interaction avec l'enfant est primordiale et même cruciale.

En effet, le langage suppose une communication avec l'autre, un échange. Parler, communiquer, c'est pour l'enfant s'affirmer de lui-même auprès des autres et nous devons l'encourager dans cette confiance à aller vers le monde extérieur.

En tant qu'adulte, nous avons le devoir de plus de lui exprimer que nous ne comprenons pas toujours les gazouillis ou mots formulés pour toujours l'inviter à progresser.

Bienveillance et exigence doivent être au rdv.

Il est aussi de notre devoir de lui exprimer que notre voeu le plus cher est d'arriver à le comprendre. Notons par ailleurs que cette distance intellectuelle dans la communication ne doit en rien altérer l'affection que nous portons à l'enfant.

En lui demandant avec respect et bienveillance cet effort de précision, nous renforçons chez l'enfant cette conscience de ce qu'il est et de ce que nous sommes et nous l'invitons à grandir, progresser pour faire du ensemble et rentrer avec le temps dans une communication simple, fluide et limpide et compréhensible.

Il nous appartient dans la structure d'oeuvrer dans ce processus et d'encourager les parents et amis à nous suivre dans cette dynamique car rappelez-vous que les mots appris aujourd'hui par l'enfant seront définitivement intégrés puis utilisés plus tard.

Nous construisons aujourd'hui son lexique et sa grammaire, sa maîtrise de la langue.